Rechercher
  • Hélène Macaire

Vous êtes le maître de votre illusion.

Dernière mise à jour : 13 juil. 2020


J’ai toujours adoré les mots, jouer avec. Je sais à quel point le verbe crée. Jette des sorts.

Le terme illusion est particulièrement intéressant. En français, il est proche du mensonge, de la tromperie. « Je me fais des illusions ». Mais il est aussi proche du fantasme, du rêve que l’on caresse le soir en s’endormant. Et que l’on met au placard le reste de la journée.

En espagnol, une langue que j’aime beaucoup, ce double sens est encore plus clair. « Una ilusion », c’est tout à la fois une illusion, un rêve et de la joie. Du plaisir.

La vérité, c’est que vous êtes le maître de votre illusion. Vous choisissez en permanence de croire à ce que vous choisissez de croire. Simplement vous ne le faites pas toujours consciemment. J’ai coutume de dire que les croyances sont une vitre teintée à travers laquelle on perçoit la réalité. Et cette vitre peut être plus ou moins sombre, plus ou moins propre. Lumineuse. Ou pleine de chiures de mouche.

Bien souvent, vous savez en votre for intérieur que vous ne vous dites pas la vérité. Mais vous remettez le fait de vous la dire à plus tard. Quand ce sera « le bon moment ».

Insight : le bon moment, c’est maintenant. Toujours.


Vous vous dites que vous rencontrerez ce prospect demain, que vous lancerez votre produit génial sur le marché quand celui-ci sera « réceptif » et que vous saurez que c’est ce que vos personas veulent vraiment. Vous vous dites que vous communiquerez auprès de vos collaborateurs sur le devenir de la boîte « quand ils seront prêts ».


La vérité, c’est que c’est vous qui n’êtes pas prêt. La vérité, c’est que vous avez peur des conséquences de vos actes. Vous avez peur de générer un gros bordel. D’être dépassé par les évènements. De ne pas savoir « gérer ». D’être détesté.


Vous avez peur ? Allez regarder ce que vous fuyez, déroulez la pelote de vos craintes et changez votre mindset. La vérité, c’est que vous n’êtes pas obligé d’aller droit vers les conséquences détestables que vous anticipez. Car tout dépend depuis quel espace vous agissez : êtes-vous le maître de votre illusion (de votre joie, de votre puissance) ou le maître de votre illusion (de votre mensonge, de votre fantasme sans désir que repoussez jour après jour) ?

Le jeu que vous jouez a une règle très simple : c’est vous avec vous-même. Toujours.


INTERIEUR = EXTERIEUR. Remember ?





79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout