Rechercher
  • Hélène Macaire

De quoi votre frustration professionnelle chronique est-elle le nom ?

Dans les sentiments sur lesquelles je travaille in fine énormément dans mes accompagnements, la frustration est sans doute l’un des plus importants.

Frustration de passer à côté de vous-même, en vous disant que vous ne pouvez vous résoudre à ce que votre vie professionnelle ne soit que ce quotidien – certes plutôt agréable et sympathique – mais pas véritablement nutritif. Pas profondément source de vie ou de joie.

Frustration de ne pas exprimer pleinement, sans limite, votre style singulier. D’endosser un costume qui n’est pas vraiment vous.

Frustration de sentir qu’une partie de votre énergie créatrice est gardée à l’intérieur et qu’au lieu de l’utiliser pour matérialiser l’œuvre à laquelle vous aspirez en secret… eh bien vous la laissez vous consumer.

Frustration de ne pas accoucher de ce que vous portez en vous. Certains jours, vous en avez même presque physiquement mal.

Cette frustration est liée au fait que vous vous retenez d’oser exprimer ce que vous êtes venu exprimer. Mettre au monde.

A la place, vous restez sagement – ou presque, car malgré vous votre singularité sort de tous les côtés – dans ce que vous pensez être les bonnes cases, dans la norme. Là où vous avez très bien et facilement réussi. Parce que vous êtes doué pour comprendre les codes et les maîtriser.


Pourtant cet espace de confort et de sécurité est aussi la principale source de votre frustration. Parce que maîtriser un métier, comprendre les rouages de l’entrepreneuriat n’est que la partie superficielle de l’iceberg. Cela vous a amusé un moment, mais un moment seulement. Ensuite la frustration est revenue.

En vrai, vous voulez plus. Ou plutôt vous voulez autre chose.

Parce que vous ne vivez pas votre job de manière seulement matérielle ou sociale. Mais également de manière existentielle.

Mais ce sens que vous cherchez depuis si longtemps dans votre job n'est pas donné extérieurement : il est interne. Et très personnel. Tant que vous rechercherez ce sens à l'extérieur de vous, vous continuerez vos cycles de motivation-frustration. A vous passionner puis à vous ennuyer, jusqu'au prochain objet ou sujet professionnel qui aura votre intérêt. Car en réalité ce que vous cherchez n'existe pas à l'extérieur de vous : c'est à vous de le créer. De le laisser sortir. La clé de la sortie de la frustration est en vous : dans vos profondeurs qui vous terrifient.


Si vous êtes complètement honnête avec vous, le "business as usual" ne vous intéresse pas. Enfin pas profondément. Ce qui vous fait véritablement vibrer, c'est ce que j'appelle "le business as an exciting work of art" : c'est de donner une dimension singulière, artistique, atemporelle et en même temps résolument novatrice à ce que vous faites.

Vous aspirez à créer quelque chose qui soit profondément vous et en même temps plus grand que vous. Vous avez envie, à travers votre job, d'exprimer et de créer votre monde.

Ce que vous voulez, c’est faire tomber vos chaînes et vos conditionnements normatifs pour créer et assumer votre style, votre univers, votre concept… aussi transgressifs et disruptifs soient-ils. Parce que c’est là que réside la source de votre jouissance professionnelle. C’est dans cet espace singulier, original, unique – mais que par peur de la déviance et du jugement vous n’arrivez pas à assumer – que vous vous sentez enfin pleinement vous-même. Et que vous pouvez enfin libérer l’œuvre que vous portez en vous. Celle qui vous terrifie autant qu’elle vous excite.

La sortie de la frustration chronique se fait à ce prix, ou plutôt à cet investissement : celui d’assumer – aussi terrifiant et inconfortable cela puisse sembler – vos vrais désirs, vos vraies convictions, votre véritable style. Votre façon pleine et entière d’incarner votre métier.

Vous seul pouvez franchir ce cap. Pourquoi ? Parce que la disruption et la singularité – dans leur dimension de bourrasque iconoclaste – ne seront jamais validées a priori par une quelconque instance extérieure. Cela sera toujours a posteriori. Une fois que vous aurez décidé de vous engager corps et âme dans cette voie et d’être plus fort que vos peurs, NO MATTER WHAT.




74 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout