Rechercher
  • Hélène Macaire

Hic sunt dracones. La terra incognita de votre monstre.



« Hic sunt dracones. »

(Ici sont des dragons. Indication écrite sur les cartes médiévales désignant les territoires encore inconnus ou dangereux car habités par des créatures monstrueuses.)

Votre monstre correspond à la part la plus enfouie et la plus terrifiante de vous-même. Celle que vous avez enfermé à double tour dans vos profondeurs car vous avez cru et encodé de manière extrêmement forte qu’être cela équivalait à franchir un tabou moral terrible. De l’ordre de ceux qui vous feront aller brûler en enfer.

Le monstre est en réalité une énergie de création originale extrêmement puissante, car très singulière. Identifier, vous connecter à votre monstre, le reconnaitre et l’aimer pour ce qu’il est VRAIMENT va tant vous procurer un sentiment de complétude jamais égalé qu’une capacité à assumer votre style disruptif. A oser – enfin – être vous-même, à accoucher de cette œuvre, de ces idées étranges, « alien », délirantes, profondément « a-normales » que vous portez en vous depuis des années.

Grâce à Monster Activation, vous allez vider le contenu moral – autrement dit la perception normative attachée à ces caractéristiques personnelles – de votre monstre pour enfin assumer votre style personnel. Pour enfin faire de votre business ou de votre job une œuvre d’art excitante. Car créer à partir de votre monstre s’avère particulièrement jouissif, énergisant et performant.

Vous allez au passage récupérer une énergie fabuleuse, celle que vous employiez à maintenir votre monstre dans vos profondeurs. Avec plus ou moins de succès au demeurant, car une des caractéristiques du monstre, c’est qu’il ressort malgré tous vos efforts pour le faire taire.

Avec Monster Activation, vous allez faire précisément l’inverse de ce que racontent les contes de fées. Au lieu de tuer le monstre pour libérer la princesse, vous allez rendre la vie à votre monstre pour libérer votre génie et votre puissance.

Le monstre est au centre du triangle « Libido – Pouvoir – Mort ».





Il constitue une étape à la fois jouissante et terrifiante dans votre processus d’individuation professionnelle. Dans le fait d’assumer votre propre style de disruption.

Le libérer est excitant, créer à partir de lui est excitant. Car vous allez explorer votre terra incognita : ce qui se situe en dehors de la carte du « correct » et du « normal ». A la rencontre de vos profondeurs, et donc en vérité de vous-même.

L’activer suppose d’une part d’avoir détruit un certain nombre de schémas limitants liés notamment à la peur d’être rejeté ou perçu comme profondément anormal, et d’autre part d’avoir replacé votre pouvoir au centre de vous. En effet l’expression du monstre est disruptive et nécessite une capacité à dépasser la tension liée à la transgression. Car le monstre porte en lui une énergie de destruction, de mort, qui est consubstantielle à la disruption : vous jouissez de mettre à terre certains éléments pour faire émerger quelque chose d’autre. Pour accéder à un plan supérieur.

Aussi, quand vous vous connectez véritablement à votre monstre pour la première fois, vous ressentez de la TERREUR. Pourquoi ? Parce que l’énergie du monstre est une énergie de subversion, de destruction de l’ancien, de déviance à une norme épinglée comme morale profondément ancrée en vous.

Le monstre peut faire appel à un plaisir que vous avez étiqueté comme sadique, celui de la destruction délectable de ce qui à vos yeux est non-fonctionnel. Il génère de la jouissance, mais une jouissance difficile à assumer : celle de réduire en poussière un monde pour en créer un nouveau sur les décombres fumants de l’ancien. Dans votre imaginaire, le monstre peut alors prendre les traits de Néron qui regarde Rome brûler ou du chat qui joue avec la souris avant de la mettre à mort sans ciller. Et qui aime cela.

Le monstre peut également être en lien avec ce que nous avons appris qu’il ne fallait absolument pas être (sans que le contenu de l’étiquette soit précisé ou requestionné par la suite) : « narcissique », « élitiste », « arrogant », « dur », « sans cœur »…

Bref, le monstre est protéiforme. En fait, vous allez vous en rendre compte, au début vous allez identifier des « bouts de monstre ». Car, à la manière des monstres cachés dans la pénombre sous les lits des enfants, vous allez en apercevoir une patte, les yeux, le museau, un carré de fourrure... Mais comme il vous terrifie, vous ne pouvez pas le regarder en entier d’un coup.

Vous allez devoir passer du temps avec ce que vous appelez votre « dragon », votre « crazy arrogant bitch », votre côté « sociopathe » ou « nihiliste » avant d’en tomber follement amoureux. Et de vous rendre compte que le contenu de votre monstre n’est pas monstrueux mais génial.


Qu'il est l'expression de votre singularité professionnelle, de votre style disruptif.

Que le fait de le libérer transforme votre "business as usual" en une aventure excitante. Où vous assumez de créer à partir de qui vous êtes vraiment.



Vous êtes autant terrifié que désireux d'assumer votre monstre ?

Rejoignez mon Mastermind Inner Monster - lancement le 29 septembre 2020.

See you inside.


Hélène

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout