Rechercher
  • Hélène Macaire

La pure création se suffit à elle-même...

Quand vous créez votre œuvre d’art vous entrez dans un processus d’épure. Vous voulez toucher à la quintessence de ce qui vous habite...

Alors vous vous dépossédez. De ce qui n’est pas essentiel. C’est la mort de vos désirs de surface. D’injonctions dont vous n’avez en vrai ni besoin ni envie.


Et, quand vous construisez votre œuvre comme un univers auto porteur qui est l’émanation de ce que vous avez dans vos tripes... Vous perdez deux moteurs : le désir de convaincre & le désir d’être utile. Ce qui, je peux vous l'assurer, vous fait gagner une énergie incroyable.


Imaginez... Un monde où vous n'avez pas besoin de convaincre. Où vous déployez simplement et sans fard votre vérité, ce que vous avez envie d'incarner et de construire en matière de Business.

C'est ainsi que je conçois le Business as an Exciting Work of Art. Comme un système-monde extrêmement cohérent et précis où les personnes qui le désirent viennent librement vivre à travers votre œuvre une expérience jouissive et transformative qui vibre avec leurs aspirations. Votre œuvre est une sorte de planète au milieu d’un cosmos, d’une foultitude d’autres planètes, que l’on vient visiter à sa guise, en acceptant pleinement de vivre l’expérience proposée. Par exemple, vient sur ma planète un public très ciblé avec un besoin très spécifique : des Disrupteurs qui ont envie de se faire sauter des verrous normatifs pour donner à leur Œuvre ou à leur Style l'ampleur à laquelle ils aspirent véritablement.

Je suis convaincue que le Business as an Exciting Work of Art fait sauter la notion de concurrence. En Art, il n’y a aucun sens à mettre en concurrence Rodin et Picasso. Chanel et Saint-Laurent. Camus et Montherlant. Nieztsche et Sartre. En tant qu'amateur de ces expériences, nous sommes sur de la préférence brute. Nous sommes attirés par tel créateur, tel artiste. Et cela ne dit rien de l’attrait, de la qualité intrinsèque d’un autre créateur ou d’un autre artiste. Par conséquent, au lieu d'investir votre énergie dans un marketing guerrier ciblé sur la conquête de parts de marché, vous mettez votre énergie dans le fait de pousser votre œuvre à son maximum, d’aller aussi loin que vous pouvez aller dans son exploration, dans sa construction... et dans la valeur qu'elle génère. Et c’est cela qui vous rend unique, magnétique sur votre marché.


Par ailleurs, je crois que l'Art est profondément inutile ET transformatif. La pure création se suffit à elle-même. Vous la faites avant tout pour vous. De manière profondément égoïste. Parce qu’elle est jouissive, puissante et transformative pour vous. Parce que vous ne pouvez pas faire autrement. Parce que vous n'avez tout simplement pas envie d'autre chose. Votre œuvre crée une valeur incroyable pour vos clients et vos bénéficiaires, mais c’est la conséquence et non le moteur de votre impulsion.

Avez-vous remarqué que l'Art produit à des fins de démonstration, d'utilité ou d'idéologie passe rarement à la postérité ? Qu'il est rarement puissant dans l'effet produit ? Qu'il est comme engoncé dans une pesanteur normative ?

Je crois qu'il en est de même pour n'importe quelle création. A partir du moment où vous vous mettez l'injonction d'être utile, vous restreignez votre champ d'imagination. Vous vous mettez insidieusement une forme de pression : celle de faire sens et de contenter vos potentiels clients. Subtilement, vous vous restreignez dans votre audace.

En lâchant le désir d'être utile comme orientation donnée à votre Œuvre vous ouvrez la porte à l'investigation et à la création pour le pur plaisir. Une énergie que votre Génie adore.




107 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout