Rechercher
  • Hélène Macaire

Nous sommes tous les leaders de notre vie.

Dernière mise à jour : 13 juil. 2020

J’en suis profondément convaincue : nous sommes tous les leaders de notre vie.

Exercer mon leadership n’a rien à voir avec une place dans une organisation, un statut social ou des diplômes. Exercer mon leadership est un état d’être. Que je peux développer et étendre à loisir.

Développer mon leadership repose sur trois axes : replacer mon locus de contrôle à l’intérieur de moi ; me situer dans le « carré cognitif magique » ; avoir un « growth mindset » face aux évènements extérieurs ;

· Replacer mon locus de contrôle à l’intérieur de moi. Le lieu de contrôle est un concept fascinant développé initialement par le psychologue Julian Rotter. Le lieu de contrôle est dit interne quand je crois que ma performance est le résultat de mes actions. A l’inverse, il est dit externe quand j’attribue mon expérience de vie (personnelle ou professionnelle) à des facteurs sur lesquels je n’ai que peu d’influence, par exemple la chance, le hasard, les institutions ou l’Etat. Si je pense que mes résultats ont énormément à voir avec mon intériorité, je vais avoir une attitude proactive. Si je n’obtiens pas ce que je désire, je vais alors avoir le réflexe de plonger à l’intérieur de moi et de me poser des questions. « Qu’est ce qui fait que ça ne fonctionne pas ? Comment pourrais-je faire autrement ? Pourquoi est ce que je me retrouve régulièrement dans des scénarios similaires ? ». Je vais alors regarder sans complaisance et avec amour mon système de croyances pour déboulonner les patterns cognitifs dysfonctionnels qui régissent ma vie. Car, comme le dit Einstein avec beaucoup d’humour : « La folie, c’est de faire toujours la même chose en s’attendant à un résultat différent. »

· Me situer dans le « carré cognitif magique ». Leadership = Intégrité avec mes standards + Responsabilisation dans le fait de mener à bien ma vision + Action engagée et activation de ressources + Intuition et audace. A l’inverse, je réduis mon pouvoir, mon énergie et mon leadership dès lors que : je diminue mes standards en échange d’une forme de sécurité ou d’approbation ; je me déresponsabilise en donnant mon pouvoir à l'extérieur ; je rentre dans l’énergie de la victime (en me situant dans l’une des arrêtes du triangle de Karpman : victime – sauveur – persécuteur) ; je me bloque dans un sabotage analytique sans fin.

· Avoir un « growth mindset » face aux évènements extérieurs. Face à une crise – qu’elle soit personnelle, professionnelle ou collective – j’ai le choix entre deux positionnements. Plonger. Ou adopter une attitude ouverte et créative pour voir – malgré l’inconfort, la difficulté ou la souffrance – ce que je peux faire d’intéressant avec l’évènement qui se présente à moi. C’est ce que j’appelle « embrasser le chaos ». Charles Beaudelaire a d’ailleurs une très belle formule pour exprimer la capacité que nous pouvons avoir à alchimiser le plomb en or dans toute situation qui se présente à nous : « Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or ».

Plus je renforce ces trois axes, plus je développe une calme puissance. Plus je me sens centré et ouvert. Plus je suis conscient de mes désirs, mes ambitions. Et plus je me sais capable de les réaliser, NO MATTER WHAT.




61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout