Rechercher
  • Hélène Macaire

Plus Vous êtes complet, plus votre Œuvre l’est.

C’est l’une de mes grosses prises de conscience de ces jours derniers. Elle m’a frappée quand une de mes clientes m’a dit : « Hélène, maintenant que j’ai intégré mon Monstre, je prends conscience de tout ce que je réprime en moi parce que je le trouve dingue. Je me prends mon Fou en pleine figure. Et je sens que je bloque des choses dans ma création pour des raisons dont je n’avais même pas conscience avant. »


Plus vous êtes complet – autrement dit, plus vous cessez de réprimer des parts créatives, puissantes et jouissives pour des raisons normatives – plus votre œuvre prend l’ampleur que vous aspirez vraiment à lui donner.

Plus vous quittez les rivages de la peur de la déviance à la norme et de la punition réelle ou supposée qui s’ensuit, plus vous vous sentez libres et sereins dans la création. Plus votre œuvre prend l’envol qu’elle mérite. Plus vous sentez que vous êtes profondément connecté à ce qui fait le sens et le sel de votre vie.


Formulé autrement, la puissance de ce que vous créez est le reflet direct de votre puissance intérieure.

Le caractère disruptif de votre œuvre est le miroir de votre niveau d’acceptation de votre propre caractère disruptif.


En cessant de vous couper de vos parts non conformes, terrifiantes et parts mal aimées – celles-là mêmes qui vous hurlent de les laisser s’exprimer – vous devenez un être plus complet, plus intégré, plus ancré. Vous stoppez cette guerre des tranchées avec vous-même. Vous cessez de vous drainer énergétiquement en cadrant avec un existant faussement confortable et rassurant pour aller vers la concrétisation de vos idées et vos intuitions hors normes. Pour enfin utiliser vos talents, aptitudes et insights atypiques dans la concrétisation de votre œuvre.


Réintégrer ce que vous avez coupé par peur de la transgression est un formidable acte d’amour. Une réconciliation incroyable avec votre vraie nature.

Car, si vous avez ce profil disruptif, vous ne vous épanouirez jamais en essayant de vous mouler dans le champ de conscience existant. Vous pouvez certes être un professionnel extrêmement compétent, apprendre avec une facilité déconcertante moultes techniques et méthodes, être reconnu par vos pairs… Mais en votre for intérieur, vous aurez toujours soif de quelque chose d’autre. De quelque chose de plus. Vous trainerez confusément une lancinante frustration.

Car, dans votre essence, vous êtes fait pour créer du nouveau. Casser des codes et en insuffler d’autres. Repousser les limites. Construire votre monde.

Arrêter ou dévier de ce besoin viscéral équivaut à une mort psychique et énergétique. C’est en osant vous situer en permanence à cette frontière qui rebat les cartes entre le connu et l’inconnu, en étant ce pionnier, cet explorateur qui se questionne sans relâche que vous vous sentirez profondément vivant. Que vous serez à votre place réelle, aussi terrifiante et inconfortable puisse-t-elle vous paraitre.




23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout